Accueil du site > Invisible > Newsletter > Brèves > Compte-rendu de la conférence « Les métiers de la création et de la culture (...)

Compte-rendu de la conférence « Les métiers de la création et de la culture dans la Stratégie UE2020 »

Lundi 14 octobre, le CESE (Comité Economique et Social Européen) proposait une conférence avec pour thème : « Les métiers de la création et de la culture dans la Stratégie UE2020 ». La Concertation était présente au rendez-vous.
Organisée par l’asbl SMartEU et le Think thank européen Pour la solidarité, la conférence se présentait sous forme de trois tables rondes, avec l’objectif d’ouvrir le dialogue et de lancer la réflexion autour de trois enjeux stratégiques pour le secteur culturel aujourd’hui : l’ouverture européenne, le lien entre les enjeux culturels et socio-économiques dans la production de services culturels ainsi que la protection sociale des acteurs de la culture.
Tour à tour, chaque intervenant exposait un point de vue, auquel l’auditoire pouvait réagir et débattre.

Première table ronde : Les métiers de la création et la culture, un enjeu européen – Qu’apporte la culture à la Stratégie Europe 2020 ?
Au centre de la discussion : le rôle et la place de la culture dans les trois axes de la Stratégie Europe 2020, et tout particulièrement en ce qui concerne les enjeux économiques et sociaux européens.

Deuxième table ronde : Culture et entrepreneuriat social – Qu’apporte le modèle d’entreprise sociale à la culture ?
La culture et l’entrepreneuriat social sont liés, même si les deux milieux ont beaucoup évolué en parallèle. Ce pôle de discussion a mis l’accent sur les apports du modèle d’entrepreneuriat social (au cœur des politiques européennes actuelles depuis l’Initiative pour l’entrepreneuriat social) à la culture et les rapprochements possibles entre entrepreneuriat social et métiers de la création.

Troisième table ronde : Les conditions du travail au projet et des métiers de la création.
Au coeur du débat, nous retrouvions ici les conditions du travail au projet, à travers quatre axes thématiques en lien avec les politiques européennes :
- Caractérisation du travail au projet
- Protection sociale
- Equité dans la distribution des richesses
- Modèles économiques et financiers alternatifs.

Conclusions :

Ce que l’on peut retenir de cette journée, c’est avant tout la difficulté à définir clairement la notion de « culture ». Pourtant, cette dernière est indispensable au développement de la société, puisqu’elle est vecteur de cohésion sociale, contribue à l’attraction d’une ville et renforce le lien social.

En outre, 4,5% de l’économie européenne est liée aux arts. La culture représente donc un secteur primordial pour l’Union Européenne, notamment comme facteur de croissance. Mais plus que ces chiffres, il existe une envie, voire une nécessité, de développer d’autres indicateurs que le PIB pour mesurer l’impact de la culture sur la société. Oui, mais lesquels et comment les utiliser au mieux ?

Aussi, outre les considérations purement économiques, la culture souffre aujourd’hui également de ses rapports à la société (pression des résultats, etc.), et deux choix s’offrent à elle : ressembler aux autres en suivant la logique du modèle dominant des "marchands de culture", ou sortir de la société et laisser libre cours à l’innovation dans des niches à l’écart de ce modèle dominant. C’est par la dimension sociale de la culture que celle-ci peut être considérée non pas uniquement comme un champ d’activité économique dans une logique essentiellement marchande, mais également plus humaine, ce qui fait qu’il y a justement innovation, création et donc consommation. Alors comment équilibrer ces différentes facettes de la culture dans nos sociétés modernes ?

Enfin, la culture souffre d’un problème de légitimité et se retrouve souvent sous-valorisée car le statut même des travailleurs du secteur est étroitement lié à la diversité de leurs emplois et à leurs conditions de travail. Ainsi, le manque de reconnaissance des emplois de la culture et du secteur de la création souffre énormément de sa dépendance aux mécanismes de solidarité. Mais finalement, ne faudrait-il pas renverser le paradigme et redonner toute sa place à la culture, à commencer par une mention claire du mot dans la Stratégie Europe 2020 ?

Portfolio

Concertation des Centres Culturels Bruxellois

Rue de la Victoire, 26 | B-1060 Bruxelles | CONTACT | Téléphone : +32 (0)2/539.30.67

Site réalisé avec Spip par Cassiopea asbl | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0