Accueil du site > Rencontres > Hop ! : Un beau partenariat entre le théâtre de L’L et Le Centre culturel de (...)

Hop ! : Un beau partenariat entre le théâtre de L’L et Le Centre culturel de Lessines

23-24 /11/2012 à la Ferme de l’ancien Hôpital Notre-Dame à la Rose de Lessines

A découvrir, le partenariat mis en place par le théâtre de L’L (lieu de recherche et d’accompagnement à la jeune création) et le Centre culturel René Magritte de Lessines...


Hop ! Temps fort autour de jeunes artistes

Le vendredi 23 novembre (à 20h30) et le samedi 24 novembre (à partir de 16h) au Centre culturel René Magritte de Lessines : deux jours, deux créations et trois chantiers, du théâtre et de la danse - un temps fort sur de jeunes artistes en résidence de recherche à L’L (Bruxelles), partenaire du Centre culturel René Magritte depuis quatre saisons. Le tout sur un site d’exception : la Ferme de l’ancien Hôpital Notre-Dame à la Rose de Lessines.

Depuis 2009, le Centre culturel René Magritte de Lessines développe avec L’L (Bruxelles) un partenariat autour de l’accompagnement à la recherche pour de jeunes créateurs en arts de la scène.

L’axe essentiel de cette collaboration est l’ouverture d’une salle du Centre culturel à des artistes résidents à L’L, et leur logement à Lessines.
Ceci, à raison de quatre fois deux semaines par saison.
Ce développement de la recherche dans la région se traduit également par la tentative de créer des liens entre artistes en résidence et associations lessinoises. Pour exemple, le rapprochement entre Kevin Trappeniers et l’asbl La Ressourcerie, avec pour trait d’union la réutilisation d’objets et de matériels de seconde main.

Cette année, histoire de célébrer la quatrième saison de cette collaboration, le Centre culturel René Magritte et L’L mettent sur pied un premier « Temps fort L’L », vendredi 23 et samedi 24 novembre 2012. L’occasion pour le public lessinois de rencontrer le travail des artistes en résidence à L’L et ce, tout particulièrement ceux passés par Lessines.
Pour cette première édition, une soirée et une journée, pour une série de parcours mêlant chantiers et pièces finies, théâtre et danse, le tout accompagné de moments rencontre avec les artistes afin de pénétrer plus loin encore dans leur travail de recherche et de création.


PROGRAMME

Vendredi 23 novembre 2012

-  20h30 : Création Two Old Men, Bert Van Gorp et Ivan Favier

Chorégraphes-interprètes, Ivan Favier et Bert Van Gorp ont un peu plus de cent ans à eux deux. Pour cette première pièce qu’ils signent ensemble, ils s’amusent, entre vie réelle et vie rêvée, à faire entrer dans la danse leurs considérations débordantes d’ironie sur leurs corps vieillissants. Arrivés à l’âge de leurs pères, ces deux « quinqua » composent une pièce hybride et « pochette-surprise », comme deux gosses qui auraient préparé un spectacle pour leurs parents. Certes, ils ne cachent pas la rouille de leur corps, la trouille, le temps qui passe et qui laisse ses marques. Mais la curiosité reste intacte, l’envie aussi. Cela s’appelle rebondir !

Avec l’aide de la vidéaste Laurence Barbier, ils tirent habilement la toile de fond de Two old men. Filmés de près, de loin, dehors, dedans, ces deux artistes proposent une forme qui leur est propre : celle du ciné-danse… aux couleurs diablement pop !

Concept, chorégraphie, danse : Ivan Favier, Bert Van Gorp
Création images : Laurence Barbier
Lumières : Stéphane Wolffer
Régie générale : Philippe Lux

Samedi 24 novembre 2012

- 16h30  : Chantier asymptote (titre de travail), Kevin Trappeniers

Performeur, scénographe et metteur en scène, Kevin Trappeniers développe une écriture scénique qui balance entre représentation et installation. Influencé par les arts plastiques, son théâtre (d’images, précisément) traite la scène comme un « paysage » que l’on regarde et que l’on habite. Une écriture singulière dans laquelle les mots sont quasi inexistants, pour mieux laisser parler corps, objets, lumières et sons. Une démarche qui le pousse également à tenter de redéployer les aspects sensoriels du plateau. Dans l’état actuel de ses recherches, de nombreuses pistes de réflexion autour notamment de la notion d’« humanité moléculaire » (l’humanité qui forme l’essence de l’homme, hors de tout contexte –société, culture, écosystème…). Avec, en finalité, une envie claire (parmi d’autres) : interroger notre regard sur les choses, ouvrir notre champs de perception des possibles, de l’intelligible, de l’envisageable…

Conception : Kevin Trappeniers

ou (dédoublement des propositions pour cause de nombre plus limité de places)

Chantier Oasis provisoire, Karelle Ménine

Lecture performative, pour quatre personnages et… une seule voix, d’un texte encore en écriture, dans lequel l’auteure et sonographe Karelle Ménine se penche sur la prise de parole politique, le flux du discours politique. L’utopie de croire que la parole peut changer le monde ? Depuis Cicéron, qu’avons-nous changé ?
Dans son double travail d’écriture (avec les mots et avec les sons), cette artiste s’intéresse tout particulièrement « à la manière de faire écouter les sons » et « à travailler une langue non pas tant dans ce qu’elle dit mais dans sa façon de le dire, et voir comment cette façon peut questionner ce qu’elle raconte… »

Ecriture, lecture : Karelle Ménine

- 17h30 : Chantier [weltanschauung], Clément Thirion et Gwen Berrou

Affublés de lycra et de moonboots en fourrure, Clément Thirion et Gwen Berrou nous glissent ici, non sans (auto)dérision, leur rêve d’une humanité davantage à l’écoute de son corps et, surtout, de son hémisphère droit (siège des sensations et de notre connexion au monde). Bifurquant allègrement entre Adam & Eve (version expressionnisme allemand), Lascaux, le biface et l’extra-terrestre Klaus Nomi (entre autres), ce tandem improbable tente d’explorer l’énooorme question de la création (divine, scientifique, artistique,… humaine). Entre danse et performance, une mise en abîme assurément burlesque et décalée, perpétrée par deux êtres à la fois lumineusement naïfs et désespérés.

Direction : Clément Thirion
Création et interprétation : Gwen Berrou et Clément Thirion
Scénographie et costumes : Saskia Louwaard et Katrijn Baeten
Lumières : Saskia Louwaard
Vidéo : Katrijn Baeten

- 18h30 : Chantier asymptote (titre de travail), Kevin Trappeniers ou (dédoublement des propositions pour cause de nombre plus limité de places) Chantier Oasis provisoire, Karelle Ménine (voir plus haut)

- 20h30 : Création Si j’apprends à pêcher, je mangerai toute ma vie, Pamina de Coulon

Pamina de Coulon se définit volontiers « chroniqueuse-performeuse ». Chroniqueuse, parce que la radio est son média de prédilection, mais surtout « parce qu’un chroniqueur est un spécialiste en presque rien sur presque tout, qui prend la parole en son nom et donne son point de vue, sans être pour autant un expert en quoi que ce soit ». Performeuse, « parce que j’amène un peu la ‘chronique’ sur un plateau ou, en tout cas, face à un public immédiat ; (…) pour la transmission directe aussi, et l’empathie, que cela renforce ».
Avec cette deuxième pièce personnelle, l’artiste nous embarque sur un bout de banquise dans un impressionnant soliloque aux circonvolutions pleines d’empirisme existentialiste…
Que peuvent bien avoir en commun Béring l’explorateur et Pamina de Coulon ? Quelle serait la différence fondamentale entre les USA et l’Europe ? Un espoir éclairé serait-il le meilleur des possibles ?
Quelques-unes des questions pas si loufoques que ça, que cette jeune femme se pose et nous pose, l’air ingénu presque ; quelques sardines, un saumon et un gros gâteau en guise de compagnie…

Conception et interprétation : Pamina de Coulon

Contacts & Informations :
Site de L’L
Site du Centre culturel René Magritte

Réservations :
par téléphone au 068 25 06 00
ou par email : reservations@ccrenemagritte.be

Concertation des Centres Culturels Bruxellois

Rue de la Victoire, 26 | B-1060 Bruxelles | CONTACT | Téléphone : +32 (0)2/539.30.67

Site réalisé avec Spip par Cassiopea asbl | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0